Un navire est vivant... Traite le bien et prend en soin convenablement et il combattra pour toi contre la pire des mers.

La plupart des îles de l'Océan d'Aryth et de la Mer des Tempêtes sont des ports d'attache des Atha'an Miere, connus sous le nom de Peuple de la Mer. Seulement quelques uns de ces groupes d'îles sont connus des étrangers, et moins encore ont été vus par eux, puisque les Atha'an Miere n'ont pas pour habitude d'admettre les visiteurs ou les commerçants, bien qu'ils ne soient assurément pas aussi cruels envers les intrus que ne le sont les habitants du Shara ou du Seanchan. Le Peuple de la Mer réalise une grande partie du commerce maritime, et la quasi-totalité du commerce de la soie et de l'ivoire en provenance du Shara, alors que finalement peu de gens les connaissent, hormis au travers d'histoires et de légendes.

La plus célèbre et la plus grande des îles du Peuple de la Mer est Tremalking, située au sud-ouest du Tarabon et de l'Amadicia. De plus petite taille, on trouve les groupes d'îles qui forment Aile Jafar, approximativement à l'Ouest par rapport au Tarabon, et Aile Somera, au plein Ouest de la Pointe de Toman. Beaucoup d'autres îles, petites ou moyennes, éparpillées au sein de l'océan ne restent connues que du seul Peuple de la Mer.

Pour comprendre les Atha'an Miere il faut étudier non pas leurs îles mais leurs navires et les eaux dans lesquelles ils naviguent, car les gens du Peuple de la Mer préfèrent vivre la plus grande partie de leur existence à bord de leurs navires. Ils naissent sur l'eau ; même si la mère doit partir à la rame dans une barque volée pour accoucher ; et meurent sur l'eau si possible. Tout temps passé loin de la mer est passé à attendre un autre bateau, un autre départ.

A la Destruction du Monde, quand leurs ancêtres fuirent les terres qui se soulevaient et se brisaient pour la sécurité de la mer, les Atha'an Miere ne connaissaient rien des navires qu'ils empruntèrent, ou des mers sur lesquelles ils dérivèrent, sachant seulement qu'aucunes terres n'étaient sûres. Au cours de nombreuses années, ils en apprirent beaucoup sur les tempêtes et les marées, et ne formèrent plus qu'un avec leurs navires. La Prophétie de Jendai, prononcée pour la première fois durant ces années, indiquait que le Peuple de la Mer était destiné à errer sur les eaux jusqu'à ce que le Coramoor revienne. En effet, les vastes étendues de la pleine mer sont leur vrai royaume.

Physionomie

Avec des tatouages de couleurs vives sur les mains, dont certains indiquent leurs clans, des ceintures tout aussi colorées à leur taille, des bijoux d'or et d'argent, et un style vestimentaire particulier, les Atha'an Miere sont aussi exotiques en apparence qu'ils sont mystérieux. A travers le monde connu les contes relatent l'attrait quasi irrésistible des femmes du Peuple de la Mer, elles incarnent la beauté et la tentation même. La teinte chocolat prononcée de leur peau et de leurs cheveux, et leur grâce inégalée, nées des années passées sur des gréements battus par le vent sur les hautes mers, contribuent à leur attrait ; la coutume du Peuple de la Mer de ne rien porter au dessus de la taille sauf des bijoux une fois hors de vue des côtes a alimenté les légendes. Les hommes fortement musclés, rasés et torses nus, sont aussi considérés comme dangereusement beaux.
Les hommes et les femmes portent des pantalons bouffants maintenus à la taille par des ceintures vivement colorées, de multiples boucles d'oreilles, colliers et bracelets, et vont pieds nus, bien que la qualité des pantalons et culottes soit directement en relation avec le statut économique et social de la personne. Les femmes portent aussi des chemises amples de couleurs vives, mais seulement au port ; probablement pour éviter de choquer les autochtones. Les femmes ont souvent un anneau sur la narine gauche de leur nez. Celles de haut rang arborent une fine chaîne sur laquelle sont suspendus des médaillons, reliant l'anneau du nez à une des boucles d'oreille. La quantité de médaillon est directement liée au rang, les femmes les plus élevées en portant plus que celles de rang inférieur. Les hommes ne portent pas d'anneau au nez ni de chaîne.

Les îles

Hiérarchie

Maîtresses des Navires

L'ensemble des clans et enclos ainsi que les îles elle-même sont régis par une femme appelée la Maîtresses des Navires. Elle a la même autorité que n'importe quelle reine de la terre ferme, mais elle est choisie non par naissance ou lignée, mais par sélection parmi les Maîtresses des Vagues. A son tour elle désigne un Maître des Lames, actuellement Baroc, généralement son ancien Maître d’Épée, parfois son mari, et une conseillère Pourvoyeuse, qui a autorité sur toutes les autres Pourvoyeuses de Vent. Le Maître des Lames a autorité sur tous les Maîtres de l’Épée, et est responsable du commerce, de la défense et de la sécurité de tous les Atha'an Miere. La Maîtresse des Navires est identifiable à sa triple ombrelle bleue ornée de franges dorées ainsi qu'à sa chaîne de nez tellement chargée de médaillons qu'ils se chevauchent. Son Maître des Armes a une double ombrelle aux mêmes couleurs. Bien que son cœur et son âme soient avec les navires, la Maîtresse est souvent forcée de passer la plupart de son temps à terre de manière à être plus facilement accessible au peuple. Cependant, sa résidence principale est toujours son navire.

Liste des Maîtresses des Navires

Maîtresse des Vagues

Chaque clan est dirigé par une Maîtresse des Vagues, l'équivalent d'une cheftaine de clan, choisie à vie par et parmi les Maîtresses des Voiles ; au sein de leur propre clan. En retour, la Maîtresse des Vagues désigne un Maître de l’Épée, généralement son ancien Maître du Fret, et souvent son mari. Le Maître de l’Épée a autorité sur tous les Maîtres du Fret du clan, et peut les diriger en matière de commerce et de défense pour le bénéfice du clan entier. La Maîtresse des Vagues a aussi une Pourvoyeuse de Vent comme conseillère, généralement la femme qui la servait à ce poste avant sa promotion. Cette dernière a autorité sur toutes les autres Pourvoyeuses du clan. L'équipage d'une Maîtresse des Voiles est souvent gardé identique après sa nomination comme Maîtresse des Vagues (elle peut ajouter le personnel qu'elle juge nécessaire pour son surcroît de tâches), bien que parfois il soit nécessaire de confier temporairement le navire à une autre tandis qu'elle s'occupe des affaires du clan. Une Maîtresse des Vagues peut être reconnue par le grand nombre de médaillons qu'elle porte sur sa chaîne de nez ; souvent ils se touchent presque les uns les autres formant une ligne solide du nez à l'oreille ; et par la double ombrelle rouge à franges d'or que transportent ses serviteurs.

Liste des Maîtresses des Vagues

Maîtresses des Voiles

La Maîtresse des Voiles est le commandant du navire et de l'équipage. Elle décide où et quand le navire prend la mer, et qui peut embarquer. Elle est aussi considérée comme le chef de la famille qu'est l'équipage du navire, que les liens entre les membres soient réellement de sang ou non. La Maîtresse des Voiles porte toujours une chaîne reliant le nez et l'oreille, les médaillons qui y sont suspendus dénotent son clan, enclos et rang.

Sous son commandement, une Maîtresse du Pont a pour mission de relayer ces ordres.

Liste des Maîtresses des Voiles

Pourvoyeuses des Vents

Chaque Maîtresse est aidée dans sa tâche par la Pourvoyeuse de Vent, toujours une femme, qui est le commandant en second et navigatrice en chef. Le grand secret des Atha'an Miere est que les Pourvoyeuses de Vent sont souvent des femmes pouvant canaliser. Toutes les canalisatrices femelles au sein du Peuple de la Mer, sauf les quelques filles envoyées à la Tour Blanche pour éviter les soupçons, deviennent Pourvoyeuses de Vent, bien que toutes les Pourvoyeuses de Vent ne soient pas capables de canaliser. La Pourvoyeuse de Vent utilise ses dons et talents pour servir son navire, et, si elle peut canaliser, pour le protéger contre les orages et les forces hostiles. Elles sont très douées pour Faire Danser les Nuages, une technique qu'elles nomment Tissages de Vents, utilisant l'Eau et le Vent. En revanche, elles sont bien faibles lorsqu'il s'agit de tisser Feu ou Terre.

Pendant des années, les Aes Sedai n'étaient pas autorisées sur les Navires Atha'an Miere de peur que ces dernières découvrent le secret des Pourvoyeuses et les obligent à se rendre à la Tour Blanche. Seul un très petit groupe se rendait en faite à la Tour, afin d'éviter tout soupçon, les plus faibles d'entre elles, qui de ce faite sont souvent membre de l'Ajah brune. Ainsi, présumant que toutes les Atha'an Miere avaient de faible prédisposition avec le Pouvoir, les Aes Sedai n'ont jamais réellement porté plus d'attention que cela au Peuple de la Mer.

Liste des Pourvoyeuses des Vents

Maitres des Lames

Le Maitre des Lames est l'équivalent masculin de la Maitresse des Navires, bien qu'il ne possède autant d'autorité. Généralement marié à cette dernière, il est responable du commerce et de la sécurité de tous les Atha'an Miere.

Liste des Maîtres des Lames

Maitres de l'Epée

Equivalent masculin de la Maitresse des Vagues et chef de son clan. Ancien Maitre du Fret, Il est promu Maitre de l'Epée en même temps que sa Maitresse des Voiles (qui devient alors Maitresse des Vagues) et il est responable du commerce et de la défense.

Liste des Maîtres de l'Epée

Maîtres du Fret

La défense, autant que le commerce, est assurée par le Maître du Fret. Souvent marié à la Maîtresse des Voiles, il a le dernier mot en ce qui concerne les négociations commerciales et la défense. Il ne peut pas imposer à la Maîtresse des Voiles où aller, et elle ne peut lui dire quelles marchandises choisir.

Les Navires

Pour les Atha'an Miere, chaque navire est un esprit vivant, doué du coeur et du courage d'un homme. Ces navires font autant partie de la famille du Peuple de la Mer que n'importe quel humain. Le nouvel équipage supervise lui-même la construction de son navire, faisant la plupart du travail délicat. Le résultat est que chaque navire quittant les chantiers navals Atha'an Miere a été fait avec amour, de la pose de la quille jusqu'au gréement et au calfatage, par les gens même qui vont le faire naviguer.

Le vaisseau est généralement la propriété du clan de la Maîtresse des Voiles qui le commande, sinon de la Maîtresse des Vagues elle-même, bien qu'occasionnellement il appartienne à un clan différent de celui qui le navigue. Ceci arrive uniquement lorsqu'un navire contracte une dette qui dépasse les moyens de son équipage ou clan. Ainsi navire et équipage naviguent pour les bénéficiaires jusqu'au remboursement intégral de la dette et des intérêts.

Les vaisseaux sont divisés en quatre classes. Du plus petit au plus grand on trouve le darter, soarer, skimmer et raker. Toute embarcation plus petite qu'un darter est considérée comme bateau et non pas navire. La classe la plus rapide est le raker, long, effilé, et incroyablement véloce sur l'eau, toujours pourvu de trois mâts et de voiles carrées. Le skimmer est aussi un trois-mâts, il est aussi long que le raker mais plus large et d'un tonnage plus important, ce qui le rend plus lent, bien que plus rapide que tout navire du continent de tonnage équivalent. Le soarer, un vaisseau à deux mâts, bien que plus petit que le skimmer, il est plus rapide et très maniable. Le plus petit de tous ces vaisseaux, le darter, peut avoir un ou deux mâts.

Le gréement des navires varie. "Haut-gréé" signifie que la grand-voile de chaque mât est carrée. "Mi-gréé" qu'au moins un mat, mais pas tous, n'a pas de voile carrée mais plutôt une voile latine. "Bas-gréé" que tous les mâts ont des voiles latines comme grand-voile ou unique voile. Ainsi un "skimmer bas-gréé" est un vaisseau de la classe des skimmer dont au moins un mât, mais pas tous, a une voile carrée pour grand-voile. Un raker est toujours haut-gréé, et cela va sans dire.

Ces navires, de loin supérieurs à n'importe quel vaisseau allant sur l'océan en terme de vitesse et de maniabilité, sont la clé de la domination jamais remise en cause des Atha'an Miere sur le commerce maritime. Epargnés des ravages des Guerres Trolloques et de la Guerre des Cent-Ans, ils ont pu développé leur savoir-faire maritime en tout quiétude. De nos jours cette technologie, couplée au conservatisme paralysant des continentaux, maintient cet avantage.

L'Amayar

Inconnus de la plupart des continentaux, il y a des gens habitant et se développant sur les îles et qui se sentent aussi mal à l'aise loin de la terre que le Peuple de la Mer l'est sur celle-ci. C'est par ce peuple quasi inconnu que sont produits des biens tels que la renommée "porcelaine du Peuple de la Mer" et la fine verrerie. Ces habitants terrestres des îles sont appelés les Amayar.

Physiquement, ils sont plus petits et plus clairs que les Atha'an Miere, avec une large proportion de blonds ou châtains, et d'yeux bleus ou noisettes. Bien que petits, en moyenne de la taille des Cairhieniens, hommes et femmes sont souvent bien bâtis. Ils suivent ce qu'ils appellent la Voie de l'Eau, qui, bien que pas autant pacifique que la Voie de la Feuille, prône toujours d'accepter les événements même s'ils diffèrent de ce que l'on souhaite. Il y a une grande croyance parmi eux selon laquelle ce que nous appelons "réalité" n'est pas vraiment réel mais seulement une étape sur la route vers une autre existence. La violence est désapprouvée. Des jeunes homme peuvent être impliqués dans une bagarre ou une lutte, mais ils seraient montrés en public et couverts de honte. Le meurtre et tout autre crime violent sont extrêmement rares ; un meurtre est une chose dont on se rappelle et considéré comme un objet de honte sur des générations.

Le mariage entre Atha'an Miere et Amayar est inconnu. Franchement, ils seraient choqués par l'idée même ; chacun trouvant les coutumes et mode de vie de l'autre légèrement déplaisant. Le sentiment général du plus pauvre de l'un d'entre eux envers le plus riche de l'autre "Par la grâce de la Lumière, je ne suis pas lui." En dépit de ça, ils cohabitent bien, en partie grâce à l'autorité indulgente du Peuple de la Mer et ses transactions équitables, et en partie parce que, en dehors de ce dont ils font commerce, aucun ne possède une seule chose que l'autre ne veuille.

Les Amayar élèvent des moutons, des chèvres et du petit bétail qui sont noirs ou tachetés de noir et blanc. Leurs chevaux sont petits, de la taille de poneys du continents. De petits boeufs sont utilisés comme animaux de trait. Ils produisent des porcelaines et verreries d'une incomparable délicatesse dont la renommée s'étend à travers toutes les nations du continent. Les Atha'an Miere reçoivent généralement les honneurs pour leur artisanat mais les Amayar ne s'en préoccupent pas. Ils sont au courant de l'existence du continent, connaissent les prix que pratiquent les Atha'an Miere, et sont satisfaits de ce qu'ils en touchent, ce qui est tout ce qui les intéresse. Ils ne veulent ni voyager sur les mers et essayer de vendre eux-mêmes leurs produits aux continentaux, ni voir d'étrangers venir perturber la tranquillité de leur vie. Ils n'ont aucune raison de craindre ou détester les continentaux, ce qu'ils ne font pas, ils ne veulent tout simplement pas que des étrangers viennent les ennuyer. Ils connaissent et, pour la plupart, font confiance au Peuple de la Mer.

Par une loi du Peuple de la Mer, tout Amayar qui le souhaite est gratifié d'un droit de passage en bateau et aucun don ne sera accepté en retour. Cependant ils ne voyagent que rarement entre les îles et jamais vers le continent. Les seuls bateaux qu'ils possèdent eux-mêmes sont très petits, utilisés pour la pêche dans les eaux côtières des îles. Même au sein des pêcheurs Amayar peu savent nager. Quelques Amayar travaillent dans les chantiers navals, les corderies ou les cales sèches du Peuple de la Mer, mais ils restent juste assez longtemps pour amasser la somme d'argent dont ils ont besoin et s'en vont.
Bien que la majorité de la population des îles soit Amayar, les gouverneurs sont choisis parmi les Atha'an Miere, jamais parmi les Amayar. Le Peuple de la Mer considère cette tâche comme étant lourde, mais ils pensent qu'une île doit être traitée comme un navire, il faut entretenir le "vaisseau" et s'occuper de "l'équipage". Etant donné que les Atha'an Miere veulent rester avec leur navire, les gouverneurs s'aventurent rarement en dehors des ports et des installations portuaires sauf lors de tours de surveillance. Il en résulte une légère négligence : les Amayar se gouvernent seuls au sein de leur villages. Il n'y aucun récit ni même de rumeurs concernant une quelconque rébellion ou protestation contre leurs dirigeants.


Clans


Cadeau de Passage

"Parlons, Maîtresse du Navire, de prendre la mer et de ports, et du Cadeau de passage." Le Peuple de la Mer ne demande pas de paiement pour une traversée, c'est un cadeau offert contre un autre qui est par coïncidence de la même valeur.

Références



Extraits des Livres

Cette page contient une erreur ou un lien manquant, et le souci a été remonté aux administrateurs. Elle sera corrigée par nos équipes au plus vite.

Retour en haut de page