"Prenez ce que vous voulez et payez-en le prix"
- Dicton du Cairhien -


Cairhien est située dans la partie centre-est des Terres de l'Ouest avec l'Echine du Monde à l'est le Tear au sud et les nations des Marches au nord.

Le nom Caihrien vient de Al'cair'rahienallen qui signifie "La Colline de l'Aube d'Or" en Ancienne Langue. Après les Guerres Trolloques et la Guerre de Cent Ans, son nom a été simplifié et raccourcie pour devenir Cairhien.

Durant l'époque qui suivit la Destruction, cette région fut la nation d'Almoren puis de Tova et Shandalle.

Histoire:

Après la victoire d'Aile-de-Faucon sur la nation de Tova, il l'unifia à son pays natal Shandalle pour former la province de Cairhien.

Très peu de temps après la mort du Grand Roi, durant la Guerre de Cent Ans, les nobles des provinces du Cairhien prirent le contrôle du pouvoir et assassinèrent tous les descendants des anciens dirigeants lors d'un bal afin de réétablir la nation de Tova. Après des mois de bataille, le Seigneur Matraine Colmcille fut couronné premier Roi du Cairhien. qui devint ainsi une nation indépendante.
Ses dirigeants ont autrefois régné sur des terres allant du Shienar à la rivière Erinin jusqu'à l'Échine du Monde. A la fin de la Guerre de Cent Ans, sa tentative d'extension vers le nord après la chute du Hardan et au sud après la chute de Mar Haddon n'a pas été couronné de succés et ses frontières se retirèrent dans leur état actuel. Aujourd'hui, le territoire contrôlé est moitié moins grand que ce qu'il était.

L'histoire du Cairhien est très lié à l'histoire des Aiels Dai'shan. Petit résumé : Les Aiels Dai'shan, alors chargeait d'une mission de la plus haute importance durant la Destruction du Monde ont trouvé refuge près de l'Échine du Monde. L'histoire raconte qu'un jour, le chef d'une petite ville accorda le droits aux Aiels de prendre toute l'eau qui leur était nécessaire s'ils creusaient eux-mêmes les puits. Pour le Aiels, s'étaient la première fois mémoire qu'ils n'avaient pas à se battre pour obtenir ce dont ils avaient besoin. Une centaines d'années plus tard en 556NE, les Aiels donnèrent une bouture de l'Avendoraldera aux cairhieniens, descendants de ceux qui les avaient aider, et donnèrent à leurs marchands l'exclusivité du droit de passage sur la Route de la Soie, à condition que les marchands arborent une bannière avec le feuille trilobé de l'Arbre de Vie.
La nation s'enrichit vite grâce au commerce qu'elle menait à travers le Désert, mais leur bonne fortune ne durera que 400 ans. En 965NE, le Roi Laman coupa l'Arbre de Vie pour s'en faire un trône qui ne pourrait avoir d'équivalent dans le reste du Monde, ce qui déplu fortement aux Aiels. Ils brûlèrent la ville, ne laissant intacte que la Bibliothèque, et interdirent l'accès à la Route de la Soie aux Cairhienins. La Guerre Aielle, de 976 à 978NE, apporta la ruine sur Cairhien et au reste du pays.

Avant la Guerre Aielle, la lignée Damodred des Rois du Cairhien possédaient l'une des rares épées marquées du héron, forgée avec le Pouvoir, même si peu d'entre-eux, si ce n'est aucun, n'étaient des maîtres d'armes. Avec sa garde ornée de joyaux et un fourreau voyant, elle ressemblait plus à un objet de cérémonie qu'à une arme. Le dernier Roi Damodred, Laman, portait cette épée quand il tomba durant la Guerre Aielle, mais l'épée disparu. On n'a découvert que plus tard que les Aiels l'avaient en fait prise malgré leur dégoût pour les épées, comme preuve de sa mort - l'épée était plus facile à transporter que sa tête. Durant la Guerre Shaido elle retournera au Cairhien sans son fourreau, brandie par le Dragon Réincarné.

Après la guerre, la Route de la Soie a été bien évidement fermée aux Cairhiens, appelés "Coupeurs d'Arbre" par les Aiels. Les riches fermes du Cairhien pouvaient produire suffisamment pour nourrir le pays, mais après la guerre, les fermiers émigrèrent des terres le long du Rempart du Dragon et cherchèrent tous refuge dans les grandes cités, laissant leurs terres inoccupées et le peuple au bord de la famine.

Le Roi Galldrian succéda à Laman sur le trône. Il essaya de finir la construction des immenses tours de la ville mais ne ne pouvant payer les Ogiers, les artisants ou les matières premières, les tours resteront inachevées.

En 998NE, les greniers brûlèrent et le Roi Galldrian fut assassiné, entraînant une guerre de succession et une famine due aux difficultés d'acheminement des céréales. Après à peine plus d'un an, les Aiels sortirent à nouveau du Désert pour attaquer le Cairhien dans ce qui sera la Guerre Shaido. La ville et la nation survécurent seulement grâce à l'aide apporté par le Dragon Réincarné et ses alliés. A la fin de ce conflit, le Trône du Soleil resta vide et le Cairhien fut forcé de se soumettre à la régence d'un étranger. Aucune nation partie de si haut n'est tombée aussi bas en gardant son identité nationale et sa fierté.

Le Jeu des Maisons

Dans l'Ancienne Langue : Daes Dae'mar ou Grand Jeu.

La clef de la compréhension de l'histoire instable du Cairhien réside dans la nature de son peuple. Dans l'ensemble, ils sont sévères et ne cèdent pas, préférant que le monde suive des règles strictes plutôt que le chaos naturel. Ils excellent dans les intrigues politiques complexes, bernant leurs ennemis et utilisant les sous-entendus avec art pour gagner du pouvoir et un statut. Pour un natif du Cairhien, rien n'est ce qui semble être: tout est sous-entendu et dissimulé. Les nobles du Cairhien imitèrent les intrigues de la Tour Blanche en leur donnant leur propre style, ceci est devenu le Daes Dae'Mar, le dangereux et souvent mortel "Jeu des Maisons". Le Grand Jeu commence à s'étendre dans une certaine mesure aux nations du sud.

Le Daes Dae'Mar sera responsable de la plupart des malheurs du Cairhien. On sait maintenant que la Première Guerre Aielle a été causé directement par un des jeux du Roi Laman Damodred. Il détruisit le cadeau aiel, pensant augmenter en pouvoir en se faisant faire un trône à partir d'un arbre unique, ne devinant pas que cet acte lui coûterait la vie.

Après la Première Guerre Aielle, il était bien plus facile pour le Roi Galldrian d'apaiser les réfugiés en achetant des céréales plutôt que de traiter directement le problème, et risquer de perdre tout prestige dans le Daes Dae'Mar. Certains disent que le Roi perdit la vie parce que le Jeu des Maisons était plus important pour lui que le bien-être de son peuple. Nous savons que son assassinat ainsi que l'incendie des réserves de grains plongea la nation dans une lutte de pouvoir et de survie. Sans aucun doute, le Daes Dae'Mar en était responsable.

Tous les nobles sont habitués à la politique depuis leur enfance, et ils doivent apprendre l'art de berner et de la subtilité. Ainsi, l'aspect vestimentaire, comportemental et même architectural est soigneusement ordonné. Rien n'est spontané chez les nobles Cairhienins.

Le meilleur moyen de déstabiliser toute un assemblée est d'être honnête, puisque personne n'ira s'imaginer que vous l'êtes ! Rand et Perrin l'auront appris à leur dépens.

Thom Merrilin est probablement l'un des joueurs les plus accompli de l'époque actuel. Il s'est entrainé dans la court de Caemlyn et a souvent donné des conseils à Rand, qui lui-même est devenu un expert maintenant. On pense que Berelaine, Première de Mayenne, a du jouer au Grand Jeu pour empecher le Tear d'absorber son petit Etat.

Dirigeants passés et actuels :

Maisons Nobles:

Comme dans la plupart des payes des Terres de l'Ouest, il existe de nombreuses et puissantes Maisons Nobles, qui possèdent une forte influence.

Code Vestimentaire Cairhienin

La tenue des nobles cairhienins reflète leur goût pour le contrôle et l’ordre. Ils ont les cheveux foncés et leurs vêtements sombres contrastent avec leur teint pale. Les hommes et les femmes portent des manteaux et des robes noirs, verts ou bleus foncés. Le coté sombre est atténué par des lacets ivoires au niveau des poignets et du col ainsi que des bandes de couleurs horizontales placées en travers de la poitrine. Le nombre de bandes indique le rang tandis que les couleurs désignent la Maison. Un seigneur de très haut rang peut porter ces bandes du col à l’ourlet alors qu’un seigneur de moindre importance n’en aura que quelques unes. Les tenues de cérémonies sont presque identiques, dans les mêmes teintes sombres mais taillées dans du tissu de meilleure qualité. Les robes des dames sont extrêmement larges et soutenues par des cerceaux de métal.
Les dames ont des coiffures très élaborées avec des tours raffinées et des courbes élaborées uniques à chacune. Les hommes ont les cheveux longs et portent des chapeaux plats ou en forme de cloche.

Les livrées des serviteurs sont également sombres. Les seules touches de couleurs sont des bandes sur les manches, l’emblème de la Maison qu’ils servent sur la poitrine ainsi que sa couleur sur le col et les manches. Plus il y a de couleur, plus le rang est élevé.

Le Jeu des Maisons est moins contraignant pour les personnes du peuple qui peuvent se vêtir comme elles le désirent et approchent souvent la flamboyance que les nobles évitent. Leurs vêtements peuvent être mal taillés, désaccordés ou même miteux, mais ils sont toujours très colorés et lumineux.

Les tenues militaires suivent le même code de couleurs que celles de nobles avec encore moins d’ornements et comme pour eux des bandes de couleurs marquent le rang.
Les officiers de haut rang portent des cuirasses et des gantelets aux ornements dorés et une plume blanche au sommet de leur casque en forme de cloche tandis que les sous officiers et les soldats portent des armures beaucoup plus simples.
Les militaires portent les cheveux longs dans le dos et se rasent le devant du crâne avant de le talquer à la poudre blanche alors que les simples soldats ont les cheveux courts avec la coupe au bol. Avant l’invasion Shaido les nobles qui commandaient les armées ne se rasaient pas la tête, laissant ça aux hommes du peuple. Après ça, la plupart de ceux qui ont "vu le loup", comme les cairhienins disent à propos de ceux qui ont connu l’action et les combats, ont adopté cette coutume.

Fête des Lumières

Le seul évènement durant lequel les Cairhienins sortent de leur réserve est la célébration de la Fête des Lumières en fin d'année pour fêter le solstice d'hiver et la nuit la plus courte de l'année. Pendant deux jours (Danu 28 et Taisham 1), toutes convenances sont oubliées ainsi que les barrières sociales entre nobles et hommes du peuple. Comme si les Cairhienins voulaient compenser une année de comportement prudent et sévère par deux jours de total abandon.
Un des principes de cette fête est que n'importe quel homme peut embrasser n'importe quelle femme, et n'importe quelle femme n'importe quel homme. En conséquence il est courant de voir des nobles et des gens du peuple dévêtus folâtrant ensemble dans divers endroits.
La musique et la danse envahissent les rues. Les nobles dames sont souvent vues avec de hautes coiffures et sans aucun vêtement jusqu’à la taille sous leurs manteaux. Les femmes du peuple peuvent abandonner les convenances en ne portant rien au dessus de la taille à part leurs cheveux.
A la fin des fêtes chacun retrouve son rang et revêt à nouveau le masque de réserve, personne n’admettra ce qui s’est passé.

Les Villes

Notes


Retour en haut de page