Là où l'ombre attend

Shadar Logoth était la capitale de la nation d'Aridhol.

Habitant

Histoire

Le Pacte des Dix Nations

Près de 200 ans après la Destruction du Monde, des nations ont émergé, construites sur les ruines d’un monde dévasté. Afin de se protéger le mieux possible des armées de l’Ombre, certaines nations se sont alliées par un traité connus sous le nom du Pacte des Dix Nations.

Aridhol, avec sa capitale du même nom, était l’une de ces nations. Elle se situait au centre de l’actuel Andor, et la cité, construite par les Ogiers était magnifique. La reine Doreille Torghin, qui régnait alors sur Aridhol, signa le traité.

Pendant les huit cents ans qui suivirent, le traité permit aux nations d’avoir suffisamment de forces pour repousser les Engeances de l’Ombre au delà des frontières et cette période fut prospère et apporta beaucoup de richesses. Les développements culturels et sociaux qui apparurent alors redonnèrent l’espoir aux humains que le monde pouvait être reconstruit.

Les guerres Trolloques

Mais environ mille ans après la Destruction du Monde, commencèrent les guerres Trolloques, qui durèrent près de 350 ans et qui devaient entraîner la chute des Dix Nations.

En ces temps troublés, à l’époque où Aridhol avait pour roi Balwen Mayel, dit Balwen Main-de-Fer, un homme du nom de Mordeth vint un jour à la cour. Très vite, il obtint la confiance et l’oreille du roi et devint son conseiller. En pleine guerre, alors que les Engeances de l’Ombre semblaient pouvoir gagner à tout moment, Mordeth prôna la victoire de la Lumière à n’importe quel prix, et utilisa les tactiques de l’Ombre pour les retourner contre elle. Les habitants d’Aridhol devinrent tellement haineux et durs dans leur combat contre les forces de l’Ombre, qu’ils étaient redoutés tout autant que les Trollocs, et ils finirent par se replier sur eux-mêmes et se détourner de la Lumière.

Une cité maudite

A cette période, Manetheren était une proche alliée de Aridhol. Caar, le fils du roi de Manetheren Thorin al Toren al Ban, se rendit à Aridhol pour tenter de raisonner Balwen et de ramener Aridhol dans le giron du Pacte des Dix Nations. Mais Balwen, dans un accès de folie alimenté par Mordeth, accusa Caar d’être un Ami du Ténébreux et le condamna à mort. Les armées de Manetheren marchèrent sur Aridhol pour se venger, mais lorsqu’elles arrivèrent au mur d’enceinte, elles trouvèrent les portes ouvertes et la ville totalement déserte, à l’exception d’une brume mortelle rôdant dans la ville.

Mashadar était né de la haine des habitants d’Aridhol : brouillard maléfique qui se nourrit de la moindre trace de vie, il tue et consume les âmes par un simple toucher. Depuis ce temps, les hommes appellent la ville Shadar Logoth : « l’endroit où attend l’Ombre », et Mashadar se tapie dans ses ruines, à l’affût, toujours affamé. Le mal qui a envahi la ville est également contagieux, et quiconque s’empare d’un objet de Shadar Logoth transporte la mal avec lui et son âme est rongée petit à petit.

Mashadar a épargné Mordeth, mais il l’a piégé dans les murs de Shadar Logoth pour l’éternité. Si par malheur, une personne s’égare dans la ville, et que Mordeth parvient à la convaincre de le suivre jusqu’aux remparts, alors Mordeth consume l’âme du visiteur et peut incarner son corps pour étendre le Mal au delà des murs de Shadar Logoth.

Le mal qui ronge la ville est si profond que même les Trollocs se tiennent à l’écart. C’est ce qu’explique Moiraine aux garçons des Deux Rivières : « Vers la fin de la Guerre des Trollocs, une armée a campé dans ces ruines – des Trollocs, des Amis du Ténébreux, des Myrddraals, des Seigneurs de l’Epouvante, des milliers en tout. Comme ils ne ressortaient pas, des éclaireurs ont pénétré à l’intérieur des remparts. Les éclaireurs ont trouvé des armes, des restes d’armure et des éclaboussures de sang partout. Et des messages griffonnés sur les murs en langue trolloque, appelant le Ténébreux au secours dans leur heure dernière. Ils avaient été anéantis. Les Demis-Hommes et les Trollocs s’en souviennent encore. C’est ce qui les retient hors d’ici. » (Traduction de Arlette Rosenblum). Cette page contient une erreur ou un lien manquant, et le souci a été remonté aux administrateurs. Elle sera corrigée par nos équipes au plus vite.


Retour en haut de page