Guerre de l’Ombre : Connue aussi sous le nom de "Guerre de Pouvoir", elle a mis fin à l’Ère des Légendes. Elle a été déclarée peu après la tentative involontaire de libérer le Ténébreux et n'a pas tardé à s'étendre au monde entier. Dans un monde où même le souvenir de la guerre avait été oublié, chaque facette de la guerre a été redécouverte, souvent déformée par le contact du Ténébreux sur la Terre, et le Pouvoir Unique dû etre utilisée comme arme. La guerre s'est achevée sur la réincarcération du Ténébreux dans sa prison.

Les réalisations de cette ère perdue semblent infinies au regard des standards modernes, mais à l'époque, plusieurs Aes Sedai s'irritaient des limitations imposées par les restrictions du saidin et de la saidar. Certains rêvaient d'une source de pouvoir qui s'affranchirait de ces limitations.

Une équipe de chercheurs du Collam Daan, comprenant Mierin Eronaile et Beidomon, tous deux Aes Sedai, crut qu'elle avait trouvé cette source. (Il semblerait qu'il y eût d'autres membres dans l'équipe, mais leurs noms ont été perdus. Les archives ne nous disent pas non plus quelle était la position de Mierin au sein de l'équipe, bien qu'une source fasse toutefois mention de Beidomon "assistant" cette dernière).

Ils avaient découvert une fine partie du Dessin qui paraissait englober une source du Pouvoir Unique séparée de la Vraie Source. Cette énergie ne semblait pas suivre les restrictions habituelles du Pouvoir Unique, ce qui indiquait qu'elle pourrait être utilisable tant par les hommes que par les femmes. Une telle source, disponible sans limitation, permettrait aux hommes et aux femmes de s'unir de façon jusque là inimaginable. Les Aes Sedai pourraient accomplir des exploits bien au-delà des capacités existantes. Cette source était apparemment inaccessible avec les moyens utilisés pour le Pouvoir Unique, mais ils avaient seulement à forer un petit trou dans le Dessin pour y puiser. Canalisant le Pouvoir Unique pour ce qu'ils espéraient la dernière fois où saidin et saidar seraient séparés, Mierin et l'équipe forèrent le Dessin jusqu'à la source des émanations de ce pouvoir inouï.

Les conséquences immédiates en furent la destruction du Sharom, le faisant voler en éclats tel un oeuf auquel il ressemblait, et la création d'ondulations dans le Tissu de la réalité à mesure que les ondes de choc de cette cassure secouèrent le Dessin.

Ce n'était pas une source indivisible du Pouvoir Unique que l'équipe avait trouvée, mais le lieu hors du Dessin où avait été emprisonné le Ténébreux depuis la Création. Les émanations que Mierin et les autres avaient senties avec tant d'espoir étaient les énergies maléfiques du Ténébreux, piégées juste au-delà de la petite partie du Dessin qui englobait sa prison. Le trou qu'ils créèrent fut par la suite connu sous le nom de Forage.

Une des plus importantes découvertes de ces dernières années, peut-être l'une des plus importantes depuis la Destruction du Monde, réside en une histoire fragmentaire du monde, de la création du Forage dans la prison du Ténébreux à la fin de la Destruction du Monde. Apparemment l'original daterait du tout début du premier siècle après la Destruction, bien qu'aucune archive faisant mention de la publication d'une telle histoire ne puisse être trouvée par ailleurs. Découvertes dans un entrepôt poussiéreux, les pages reposaient dans un coffre plein de vieilles factures, de reçus, de cahiers d'étudiants et de journaux privés, la plupart si abîmés par le temps et à l'encre si souvent effacée qu'ils en étaient illisibles. Quant à lui, le fragment en question était à peine lisible, mais les problèmes habituels étaient bien sûr présents, sans compter les difficultés de traduction et les siècles d'erreurs dues aux copistes. Une telle histoire devait certainement être compilée en un vaste récit, en plusieurs volumes. Mais des 212 pages retrouvées, la plus longue section de pages consécutives s'élève à six, et nulle part ailleurs les autres sections dépassent les deux pages. Les dates données sont totalement incompréhensibles du fait qu'aucun calendrier datant de l'Ere des Légendes n'ait jamais été retrouvé.

Plusieurs pages font référence à des évènements cataclysmiques (des villes détruites par le malefeu pendant la Guerre de l'Ombre ; des régions entières englouties par des tremblements de terre ou par la mer en une nuit), mais les pages qui préciseraient où ces évènements se sont passés, leur signification précise, leur résolution ou la façon dont ils se sont terminés font généralement défaut. Pourquoi cette collection est-elle si importante ? Aussi fragmentaire qu'elle soit, elle contient plus d'informations sur la Guerre de l'Ombre qu'aucune autre source connue, peut-être autant que toutes les autres combinées, par certains aspects. Mais encore plus important, les six pages consécutives et celles qui s'y rapportent contiennent le seul récit connu des évènements entourant ce qui fut certainement l'évènement le plus important de l'histoire du monde, quelle que soit l'Ere : le scellement du Forage par Lews Therin Telamon et les Cent Compagnons.

Jusqu'alors, les habitants du monde avaient simplement à s'occuper du mal qui pouvait les atteindre en eux. Si les motivations de guerre ou de haine disparaissaient, alors les actions de guerre ou de haine aussi. Le Forage changea tout cela. Tel un trou de petit doigt dans le mur d'une prison, le Forage n'était pas assez large pour permettre au Ténébreux de s'échapper, mais il était assez large pour le laisser "toucher" le monde. Son toucher altéra subtilement tout ce qui se trouvait sous son influence. Toutes les motivations les plus viles et les problèmes émotionnels du genre humain s'accrurent et furent manipulés, augmentant l'envie, l'avidité, la colère malgré le manque de raisons réelles. Le vol, les agressions, le meurtre et même les guerres commencèrent à apparaître avec une fréquence croissante.

Les mesures conçues pour régler les problèmes occasionnels d'une structure sociale pacifique furent complètement inadaptées pour répondre à ces nouveaux problèmes. Le tissu de la société commença à se déliter sous les assauts de l'influence du Ténébreux. Une grande part de l'horreur provint du simple fait que pendant de nombreuses années, personne ne sut pourquoi tout ceci se produisait ; le chaos semblait provenir de nulle part, sans raison aucune.

Quelques personnes commencèrent en fait à en suspecter la raison et finalement à la connaître, mais malheureusement la plupart de ces personnes virent une possibilité de bénéfices pour leur propre compte dans la libération du Ténébreux. Avant que le reste du monde n'ait plus que suspecté ce à quoi il allait devoir faire face, le nombre croissant de partisans du Ténébreux commença à s'organiser, et peut-être à communiquer avec le Ténébreux lui-même. En tout cas il le firent à coup sûr plus tard.

Ceux qui ne se satisfaisaient pas de leur vie et ceux en quête d'un pouvoir accru avaient à présent un choix. Quiconque pensait avoir toujours été maltraité ou ignoré, de même que nombre de personnes recherchant simplement un changement, furent amenés à étreindre le Ténébreux. Ce dernier offrait faveurs et prestige bien au-delà de ce que ces personnes auraient autrement pu réaliser. Ceux qui servirent sa cause se virent promettre l'immortalité, à condition que le Ténébreux fût libéré. Le Seigneur des Ténèbres promit de recréer le monde à son image une fois sorti de sa prison. Tous ceux qui en étaient proches seraient récompensés pour leur assistance. Même des Aes Sedai, attirés par les promesses de pouvoir, d'immortalité et, parfois, de revanche, rejoignirent les rangs des sympathisants du Ténébreux, ajoutant ainsi une grande puissance à sa cause. On appela par la suite ces Aes Sedai les Seigneurs de la Terreur.

Les fidèles du Ténébreux fomentèrent des complots s'ajoutant aux bouleversements d'une société déjà gangrainée. C'est à cette époque que des sports aussi brutaux que le sha'je (duel) devint brièvement à la mode. Le duel sha'je, qui se tenait à Qal, requerrait l'utilisation de dagues conçues pour l'usage de la main gauche et de la main droite, respectivement appelées osan'gar et aran'gar et enduites de poison à effet lent. Les gagnants avérés étaient rares, car généralement les deux duellistes succombaient, que ce fût des lames ou du poison. Il y avait toutefois pire. En quelques endroits du monde, dans les années précédant immédiatement la chute finale dans la guerre, le meurtre, le viol et même la torture devinrent des composantes régulières de nombreux sports populaires.

Les Amis des Ténèbres, ainsi qu'ils s'appelèrent, recrutèrent activement d'autres fidèles. On pense que dans quelques cas ils forcèrent délibérément des individus occupant des postes-clés à les rejoindre, utilisant la torture, la Compulsion, ou une forme de lien qui tournerait toute personne sachant canaliser vers le Ténébreux, même contre sa volonté.

Cette période de chaos croissant dura approximativement cent à cent dix ans après la création du Forage, et plusieurs sources très anciennes y font référence sous le nom de "Chute". Ce nom est très certainement approprié, car la civilisation faillit s'effondrer, et l'ordre et la paix du monde de l’Ère des Légendes s'effondra certainement.

Les fidèles du Ténébreux se jugèrent finalement assez puissants pour agir. Ils tentèrent de libérer le Ténébreux complètement et de prendre le contrôle lors d'un raid express. Cet évènement est en fait le départ réel de la Guerre de l'Ombre, qui fit s'opposer les fidèles et les sujets de l'Ombre à ceux qui combattaient pour résister, et qui impliqua bientôt le monde entier. Durant la lutte de dix ans qui en résulta, tous les aspects oubliés de la guerre furent redécouverts, en de nombreux cas pervertis par l'Ombre.

D'effrayantes fabrications, des créatures de cauchemar et des armes maléfiques se déversèrent sur une population déjà bien affaiblie. Sous les attaques des forces du mal, les défenseurs furent obligés d'orienter leur technologie vers la fabrication d'armes de guerre. On blinda les jo-cars, qu'on dota d'armes, et on transforma les hovercoptères en machines de mort volantes capables de tirer depuis le ciel. Le fancloth autrefois utilisé pour la mode devint le matériau avec lequel on fabriqua des capes de front utiles pour le camouflage et d'une valeur inestimable sur le champ de bataille.

Quelques sports, comme le jeu d'épées, jusqu'alors considérés comme des formes d'exercices de contrôle de soi, furent réinventés en arts martiaux de mort. On entraîna les enfants à devenir soldats dès dix ans. Les hommes et les femmes apprirent les tactiques de combat et les stratégies de défense où avant ils étudiaient l'art et la musique. Alors que le monde entier avait jadis vécu en paix, il devint alors tout entier dédié à la guerre.

Le Pouvoir Unique, auparavant canalisé uniquement pour le bien, devint une arme mortelle. Ce peut être une raison pour laquelle on connaît aussi cette guerre sous le nom de Guerre du Pouvoir. L'Air, l'Eau, la Terre, le Feu et l'Esprit produisirent des résultats dévastateurs. Mais ces flux étaient des armes bien légères comparées au pouvoir destructeur massif qui déferla quand les personnes sachant canaliser découvrir, de part et d'autre, le malefeu. Le feu liquide d'un blanc brûlant était invincible, réduisant tout ce qu'il touchait au néant.

Cette arme fut utilisée délibérément pendant une année, des deux côtés, jusqu'à ce qu'on en découvrît le prix à payer. L'énergie formidable du malefeu faisait plus que tuer ou détruire, elle détruisait les fils du Dessin. Toute chose détruite par ce moyen cessait d'exister avant le moment de la destruction, laissant seulement le souvenir de faits qui ne s'étaient plus déroulés et d'âmes effacées du Dessin pour toujours. Plus la puissance du malefeu était importante, plus loin dans le temps sa victime cessait d'exister. Pendant l'année où il fut utilisé sans restriction, des cités entières furent effacées du Dessin, et le monde et son univers furent sous la menace des fils brisés et perdus. La réalité elle-même était en danger de décomposition.

Face à la possible dissolution de l'existence, les deux camps, sans accord ni trêve, arrêtèrent simplement d'utiliser le malefeu. Il n'y avait aucun intérêt à conquérir un monde si ce monde était complètement détruit pendant cette conquête. Même les fidèles au Ténébreux voulaient quelque chose de restant à diriger.

Le Ténébreux avait toujours de vastes ressources auxquelles faire appel, même sans le malefeu. Ses armées de mutants féroces et inhumains, souvent munis d'armes mortelles fabriquées au prix d'âmes humaines, combinées aux puissants Aes Sedai qui avaient rejoint sa cause, fixèrent le chemin des forces qui tentaient d'y résister. Bien qu'emprisonné en dehors du Dessin, le Ténébreux inspirait une loyauté sans faille et la peur parmi ceux qui sentaient ton influence.

A l'approche de la guerre, le peuple s'était rangé du côté des Aes Sedai pour les défendre et les guider. Lews Therin Telamon était l'homme qui siégeait sur le Haut Siège de la Chambre des Serviteurs. Lews Therin Telamon, Seigneur du Matin, qui allait être connu sous le nom de Dragon. Homme le plus puissant de cette époque, il fut désigné pour mener les Ogiers (qui se montrèrent être aussi puissants à la guerre que doués pour les chants en tant de paix), les soldats humains armés de nouvelles technologies, et les Aes Sedai au combat pour empêcher le Ténébreux de se libérer de sa prison. La paix idyllique et l'innocence leur avaient déjà été prises. Désormais, sous le commandement du Dragon, ils luttèrent pour sauver ce qu'il restait d'une destruction totale.

Seuls les Aiels Da'shain, qui servaient les Aes Sedai et le Seigneur Dragon qui les dirigeait, demeurèrent complètement en marge des combats. Leur dogme, la Voie de la Feuille, leur interdisait de prendre les armes, même face à la mort. Les Aes Sedai qu'ils servaient les protégèrent avec conviction, eux et leur dogme, tout en acceptant leurs services pour toutes les tâches non militaires. Par de nombreux aspects les Aiels représentaient aux yeux des Aes Sedai le summum de tout ce qui avait été perdu au moment du Forage. Ce sont peut-être ce service et cette protection mutuelles sous Lews Therin qui firent qu'on appela les Da'shain sous le nom de "Peuple du Dragon".

La Guerre du Pouvoir fut une continuation de pertes et de gains. Pendant les trois premières années, de larges parties du monde tombèrent sous la domination du Ténébreux, cependant indirectement, par le biais de représentants humains. Pendant les quatre années suivantes, sous le commandement de Lews Therin, la plupart des territoires étaient reconquis, quoique non sans revers. La guerre atteignit à ce moment-là une impasse qui dura près d'un an. Puis l'Ombre recommença de gagner du terrain, lentement au départ, mais avec une vitesse croissante. Selon l'écrivain inconnu de l'archive historique fragmentaire, c'était "comme si, avec chaque avancée de l'Ombre, le désordre et le chaos augmentaient et, s'en nourrissant, l'Ombre gagnait en puissance, de sorte que son avancée suivante était plus grande, et que la suivante l'était plus encore".

Le conflit s'étendit jusqu'à finalement englober le monde entier. D'immenses parties du monde furent dévastées à mesure que la guerre avançait et reculait, bien que peu d'informations concernant les batailles individuelles aient survécu. Il est mentionné que le Dragon défit gravement Elan Morin Tedronai, le "Traite à l'Espoir", aux portes de Paaran Disen. Mais toute autre information concernant cette bataille a été perdu, mis à part le fait que Elan Morin y survécut. Pendant la plus grande partie de la bataille, il semble que Lews Therin ait combattu pour une cause perdue. Quelques uns des généraux auxquels il accordait le plus d'importance, dont les favoris Tel Janin Aellinsar et Barid Bel Medar, le trahirent pour le Ténébreux, utilisant contre lui leurs talents et forces considérables.

On dit que l'un des plus puissants sa'angreal masculins jamais fabriqués, Callandor, aurait été conçu pendant la Guerre du Pouvoir. Épée de cristal à la lame recourbée, c'est l'unique sa'angreal connu ayant été fabriqué de la forme d'une arme. Probablement surpassé uniquement par les statues géantes masculines et féminines (le Choedan Kal), on dit qu'il permettait de canaliser assez de pouvoir pour raser une ville. Sans doute conscients du danger inhérent à une telle arme, ses concepteurs placèrent l'épée au sein de la Pierre de Tear et la protégèrent spécialement pendant une certaine durée pendant la Destruction du Monde, probablement pour le protéger des Aes Sedai masculins devenus fous.

En approchant des dernières années de la guerre, l'Ombre sembla être sur le point de vaincre inéluctablement. Elle voulut affamer ou tuer la majeure partie de la population des territoires conquis afin d'imposer sa domination, et les forces de la Lumière ne purent plus supporter cette guerre interminable. Ces dernières fonçaient vers la défaite à une vitesse croissante. Si elles voulaient l'emporter, elles allaient devoir mettre en oeuvre une offensive décisive unique qui permettrait de mettre fin rapidement à la guerre.

Un des plans les plus osés, proposé par Lews Therin, centrait l'attaque sur le Forage lui-même, pour le sceller de nouveau et couper l'accès du Ténébreux au monde. Sans l'influence du Ténébreux, le monde avait encore une chance de retrouver sa normalité. Sept disques indestructibles, en cuendillar, fabriqués avec le Pouvoir Unique et marqués du sceau des Aes Sedai, furent préparés pour servir de "points focaux" (il ne semble pas exister de meilleure traduction de la Vieille Langue). Le raid devait se dérouler au Shayol Ghul, l'unique endroit au monde où cette "amincissement du Dessin" rendait le Forage détectable. Un groupe armé composé de soldats, pour la sécurité, et d'un cercle de sept Aes Sedai femmes et six Aes Sedai hommes, traverserait cet amincissement là et implanterait les sceaux maintenus par les points focaux.

Pour de nombreuses raisons, ce plan était risqué. Tout le monde savait que le Ténébreux avait un certain effet direct sur les proches environs du Shayol Ghul - son toucher les avait déjà transformés d'une île paradisiaque au coeur d'une mer chaude en étendues désolées - et il était très probable que toute tentative de canaliser en ce lieu serait instantanément détectée et le groupe détruit. Pire, plusieurs experts déclarèrent que, si les sceaux n'étaient pas placés avec une exacte précision, la tension résultant, au lieu de sceller le Forage, l'ouvrirait complètement, libérant le Ténébreux.

La plupart des références aux sceaux concernent les disques, de la largeur d'une paume, marqués au sommet de l'antique symbole des Aes Sedai, une moitié d'un noir de mort et l'autre moitié du blanc le plus pur, avec les deux moitiés séparées par une ligne sinueuse. En fait, chacun de ces disques ne sert que de point focal aux sceaux réels sur la prison du Ténébreux, qui sont eux tissés à l'aide du Pouvoir. Ces disques sont eux-mêmes des ter'angreal faits de cuendillar, ou "coeur de pierre", conçus pour absorber toute force utilisée à leur encontre, dont le Pouvoir Unique, se renforcer de cet assaut plutôt que de se briser. Au cours des années récentes, ces sceaux ont commencé à s'affaiblir. Ceux qui ont été retrouvés ne sont plus indestructibles. Les implications pour l'état de la prison du Ténébreux, au regard du lien entre les disques physiques et les sceaux réels, sont effrayants à considérer.

Un autre plan s'axait sur deux énormes sa'angreal, l'un relié au saidin et l'autre à la saidar, tous deux si puissants qu'il faudrait des ter'angreal spéciaux pour les utiliser, construits spécialement à cet effet. Ce projet avait lui aussi ses détracteurs, car on pensait que les sa'angreal seraient si puissants que l'un comme l'autre permettrait peut-être à une seule personne de canaliser assez de pouvoir pour détruire le monde, et que les deux ensemble le pourraient à coup sûr. Quelques uns doutaient que tant de Pouvoir Unique pourrait être manié avec sécurité. Contre cela, il y avait la certitude qu'utilisés ensemble, ils procureraient assez de Pouvoir pour défaire complètement les forces de l'Ombre et érigeraient une barrière autour du Shayol Ghul jusqu'à ce qu'un moyen sûr de régler l'affaire du Forage fût déterminée. Plusieurs des partisans de ce plan se méfiaient de l'autre, et ils n'avaient pas l'intention de sceller le Forage immédiatement ; ils craignaient la même erreur dans son emplacement précis.

Dans la Chambre des Serviteurs, le soutien pour le second plan, et l'opposition pour le premier, se centra autour d'une femme nommée Latra Posae Decume. Apparemment oratrice d'une force de persuasion considérable, elle rassembla de nombreux partisans autour d'elle. Mais un accord contracté avec toutes les femmes Aes Sedai concernant une puissance importante du côté de la Lumière assura sa victoire. (Dans le manuscrit, cet accord est appelé "La Concorde Fatidique", mais il est douteux qu'il s'agisse du nom par lequel il était généralement connu). Le plan de Lews Therin était trop irréfléchi, trop dangereux, et aucune femme ne voulut y prendre part. Puisqu'on pensait largement que l'emplacement précis où disposer les sceaux requerrait un cercle formé de sept femmes et six hommes, tous bien plus puissants dans le Pouvoir que la moyenne, la Concorde tua apparemment le plan. Le travail sur les deux énormes sa'angreal, qui auraient la forme de deux statues, se poursuivait rapidement.

Tout juste les sa'angreal étaient-ils achevés qu'un désastre survint. Les ter'angreal nécessaires à leur utilisation étaient en cours de fabrication en un lieu très éloigné des sa'angreal, en raison du risque de "résonances incontrôlées pendant les dernières phases de construction", et cette région fut conquise par les forces de l'Ombre sous le commandement de Sammael. Heureusement les ter'angreal étaient eux-mêmes cachés et le lieu de leur fabrication, tenu secret pendant tout ce temps, fut détruit juste avant l'invasion. Si bien que ni Sammael ni quiconque autre en faveur de l'Ombre ne sut que tout instrument de Pouvoir était à portée de main. Le parti de la Lumière possédait toujours les sa'angreal, mais aucun moyen sûr de les utiliser. Sans les ter'angreal, il était certain que même les Aes Sedai les plus puissants seraient désintégrés par l'énorme flot de Pouvoir Unique, probablement en quelques minutes.

Lews Therin avança encore son plan, conscient des risques, mais affirmant que désormais il était la dernière chance ; Latra Posae maintint néanmoins son opposition. La connaissance du risque que les sceaux fussent mal positionnés s'était répandue, et un plus grand nombre d'Aes Sedai femmes s'étaient engagées pour la Concorde Fatidique, même celles étant plus que loin d'être assez fortes pour être sélectionnées pour intégrer le cercle. Latra Posae réussit à faire envoyer des agents pour tenter de faire passer en douce les ter'angreal d'accès hors des territoires contrôlés par l'Ombre.

Presque sur les talons de Sammael, et bien avant que les agents de Latra Posae aient eu le temps d'atteindre leur objectif, les armées commandées par Demandred et Be'lal frappèrent durement, menaçant (bien que peut-être sans le savoir) les grands sa'angreal. A ce moment de la guerre, le meilleur qui pût être espéré était de ralentir l'avancée de l'Ombre : les forces de la Lumière n'avaient reconquis aucun territoire en deux ans. Les forces de Lews Therin parvinrent à grand-peine à contenir ces deux campagnes, mais et Demandred et Be'lal maintinrent leur pression. Sammael lança une nouvelle offensive, elle aussi difficilement contenue, et des activités militaires lourdes généralisées sont mentionnées. Il est clair que la défaite finale était toute proche. Si l'une des trois offensives commandées par les Réprouvés venait à percer le front, la fin ne serait plus qu'une question de temps, peut-être quelques mois. Des émeutes massives ébranlèrent nombre de villes toujours tenues par la Lumière tant les gens paniquaient à l'idée d'une victoire de l'Ombre. La Chambre des Serviteurs fut elle-même rasée par ceux qui étaient auparavant loyaux envers Lews Therin, et la "faction pour la paix" réapparut. Apparemment, cette faction était un groupe demandant des négociations avec les Réprouvés.

La preuve disponible ne stipule pas s'il y avait plusieurs factions pour la paix pendant la durée de la guerre ou une seule, avec des fortunes qui crurent et décrurent. Ce n'était pas la première fois qu'une faction faisait pression en faveur de la paix avec les Réprouvés, car le manuscrit fait apparaître clairement que ce groupe, agissant de son propre gré, envoya des représentants auprès des Réprouvés à plusieurs occasions pour conclure un accord de négociation. A chaque fois, toutefois, on découvrait que, de retour, les membres des délégations, oeuvraient par la suite en faveur de l'Ombre. Apparemment ils ne tenaient pas compte d'un dicton qu'on suppose dater de cette époque : "Il n'y a jamais de paix avec l'Ombre".

L'opposition de Latra Posae au plan du Dragon se poursuivit en dépit de ces événements, et les Aes Sedai femmes - peut-être à la manière des animaux qui, voyant un rocher dévaler de la colline, s'arrêtent net sur le chemin de la destruction - tinrent leur engagement, rendant le cercle impossible à former. Lews Therin savait pertinemment qu'il serait impossible de tenir les sa'angreal, assez longtemps pour avoir le temps de faire venir en douce les ter'angreal d'accès, ni quand bien même leur retour serait réussi. Ainsi, il n'y avait plus aucun choix, et il se résolut à mettre son plan à exécution sans les femmes.

Fait inconnu de tous à ce moment-là, tous les agents qui avaient pour mission de retrouver les ter'angreal avaient été capturés et tués, et les artéfacts étaient largement disséminés dans des régions détenues par l'Ombre. Les nouvelles de cette tragédie ne furent connues que bien après qu'on oubliât ces évènements.

Un groupe de puissants et jeunes Aes Sedai hommes, franc en paroles au point d'interrompre des assemblées à la Chambre des Serviteurs, avait supporté Lews Therin pendant la lutte avec Latra Posae. Ce groupe fut familièrement appelé les Cent Compagnons, bien qu'ils fussent en fait 113. Avec les Cent Compagnons et une force armée de dix mille hommes de guerre, Lews Therin lança l'attaque prévue sur le Forage.

Cependant que les évènements exacts de ce jour ne seront jamais connus, quelques détails ont survécu. Le Dragon et ses compagnons arrivèrent au Shayol Ghul et y découvrir un cadeau inespéré : un rassemblement des treize leaders les plus puissants des Aes Sedai Réprouvés, sans doute convoqués par le Ténébreux pour une réunion, se tenait au même moment au Pic du Destin, profondément, sous la montagne. Les Compagnons frappèrent rapidement et sans merci, scellant le Forage de façon sûre, sans ouvrir brutalement la prison du Ténébreux comme de nombreux opposants l'avaient redouté. Quarante-cinq des Compagnons furent tués dans la bataille, et apparemment les soldats eurent un pourcentage de victimes bien supérieur. Le raid piégea tous les Réprouvés présents à l'intérieur du scellement, supprimant ainsi d'un coup l'influence de l'Ombre et ses forces dans le monde. Avec les sceaux correctement placés, les disques de cuendillar étaient cachés avec attention.

Après les cent ans ou presque de la Chute et dix ans de conflits sanglants, la Guerre de l'Ombre touchait à sa fin. Bien que la majeure partie du monde fût toujours détenue par l'Ombre, beaucoup crurent que sans leurs leaders, les partisans de l'Ombre vacilleraient, que tous les territoires jusqu'alors détenus par l'Ombre seraient aisément récupérés, et que l'Ombre serait complètement détruite. Après tout, le Ténébreux ne pourrait plus atteindre le monde. Lews Therin, le Dragon, et les forces de la Lumière étaient les vainqueurs de cette guerre, ou le semblaient.

Personne n'avait compté avec la contre-offensive du Ténébreux. Cette page contient une erreur ou un lien manquant, et le souci a été remonté aux administrateurs. Elle sera corrigée par nos équipes au plus vite.


Retour en haut de page