Bien que la tentative de Lews Therin pour sceller le Forage fût techniquement couronnée de succès, elle annonça aussi le plus grand des désastres de la Guerre de l'Ombre. Au moment où le Ténébreux fut emprisonné hors de ce monde, il souilla le saidin alors que les Compagnons puisaient en lui. On ne saura jamais si ce fut une action délibérée du Ténébreux ou une conséquence de ses efforts pour empêcher le >>Forage d’être scellé. Dans tous les cas, cela entraîna le plus grand cataclysme de tous les temps : la Destruction du Monde.

Lews Therin et soixante-huit survivants des Cent Compagnons perdirent la raison sur l'instant, ignorant peut-être même que leur tentative pour sceller la prison du Ténébreux avait été couronnée de succès. En moins de quelques jours, ces puissants Aes Sedai masculins, armés du Pouvoir Unique et complètement hors de contrôle, commencèrent à déchaîner leurs forces sur toute personne se trouvant sur leur chemin ou qui attirait leur regard, ne laissant derrière eux que mort et destruction. Ainsi commença le Temps de la Folie.

Jamais auparavant le Pouvoir Unique n’avait été utilisé de cette façon. La souillure avait empoisonné l’esprit de tous les Compagnons dans des rêves déformés par la folie, tandis que le saidin leur donnait le pouvoir de faire de ces rêves une réalité. Il est impossible de déterminer les dégâts engendrés par chacun des compagnons. On sait seulement qu’ils étaient d’une ampleur jusque-là inégalée. Les actes de Lews Therin, ont cependant été notés et ces informations ont survécu à la Destruction pour devenir un mythe. Lews Therin n’est pas seulement connu pour avoir provoqué d’immenses destructions à travers le monde, mais aussi pour avoir tué toutes les personnes de son Sang, ainsi que tous ceux qu’il aimait. C’est pour cette raison qu’il fut surnommé par la suite "Meurtrier-des-siens". Il est probable que, sous l’emprise de la folie, les autres Compagnons aient agi de même. L’Histoire n’a cependant retenu que les actes de Lews Therin, le plus puissant d’entre eux et leur chef. Aujourd’hui encore, on dit de ceux qui mettent en danger ou menacent leurs proches ou les gens qui les entourent qu’ils sont "pris par le Dragon" ou "possédés par le Dragon."

Malheureusement, les Compagnons ne furent pas les seuls affectés par ce contrecoup du Ténébreux. Les autres Aes Sedai hommes qui entraient en contact avec la Vraie Source furent également touchés. Et bien qu'ils aient tout de suite constaté la souillure, ils ignoraient de quoi il s’agissait. Bien que le saidin fût recouverte d’une sorte de manteau d'huile rance, cela ne les dissuada pas d’utiliser le Pouvoir Unique. À la différence des Compagnons, la plupart des Aes Sedai hommes ne furent pas immédiatement affectés. Du temps passa avant que ces hommes commencent à perdre la raison, et encore plus avant que quelqu'un n'en comprît la cause.

Tandis que certaines sources datent la Destruction du monde à partir du massacre causé par Lews Therin et les survivants des Cent Compagnons, d'autres fixent son réel commencement dix ans plus tard, quand beaucoup d’autres Aes Sedai hommes succombèrent à la souillure, ajoutant leurs cauchemars à la destruction, jusqu’à qu'il n'y ait plus aucun espoir d'arrêter cela.

La civilisation maintint une certaine cohésion pendant les longues années qui suivirent le raid au Shayol Ghul. Les personnes ayant fait allégeance à l’Ombre étaient cependant une menace plus immédiate que la folie des Aes Sedai masculins. Avec la disparition de l’influence du Ténébreux, ils furent privés de leur plus haut chef. Bien que la guerre contre les armées de Trollocs et de Myrddraals continuât, ceux-ci se retournèrent les uns contre les autres, s’affrontant aussi souvent qu’ils combattaient les forces de la Lumière. Ces armées divisées furent plus faciles à vaincre que les précédentes, mais elles étaient encore suffisamment puissantes pour chasser une civilisation de plus en plus ravagée par le nombre croissant d'Aes Sedai tombés sous l’emprise de la folie. Avec la disparition de Lews Therin, Latra Posae, l'ancienne meneuse de la Concorde Fatidique (Fateful Concord), s’éleva au premier plan, gagnant le nom de Shadar Nor, qui signifie "la Coupeuse d’Ombre" ou peut-être "la Trancheuse d'Ombre," pour son vaillant combat contre les suppôts de l’Ombre. Elle mourut pendant la Destruction, mais la date exacte et les circonstances restent inconnues.

C’est la Destruction qui mit un terme à la guerre. La dévastation croissante obligea les engeances du Ténébreux et ceux qui s'étaient voués à la Lumière à se consacrer à trouver une façon de survivre. De plus en plus d’Aes Sedai hommes succombèrent à la folie, mettant le monde à feu et à sang avant de mourir et, comme leur nombre augmentait, le chaos s’intensifia et la civilisation régressa. Dans les pires moments, ces hommes, qui pouvaient exercer le Pouvoir Unique à un niveau aujourd’hui inégalé, amenèrent même le climat à se rebeller et le monde vécut des tempêtes d’une fureur inimaginable. Les volcans projetaient des fontaines de cendres dans les airs tandis que de puissants tremblements de terre dévastaient le monde. Emprisonnés dans leurs hallucinations, les Aes Sedai érigèrent de nouvelles chaînes de montagnes, firent apparaître des plateaux là où se trouvaient des mers et firent que l'océan recouvrît les terres. Les villes s’effondrèrent et les survivants, alors dispersés, se mirent en quête de sécurité dans un monde où régnait la folie.

En définitive, chaque Aes Sedai masculin sombra dans une folie totale et le visage du monde en fut changé. Le monde fut en majeure partie détruit et les populations dispersées en ses quatre coins. Le chaos régna jusqu'à ce que le dernier homme qui pouvait canaliser fût finalement mort.

Diverses sources incomplètes fixent la durée réelle de la Destruction - c'est-à-dire les bouleversements géologiques et climatiques principaux – entre 239 à 344 années. Puisque ces sources datent des jours compris entre la fin de la Destruction et la fondation des Alliances des Dix Nations, il est possible que certains de ces auteurs aient eu accès à une source documentaire encore antérieure, mais rien n’est certain.

Il est difficile d'imaginer l'horreur qui régna durant ces années, particulièrement pour ces hommes qui pouvaient canaliser, ces hommes qui se savaient confrontés à une mort certaine et dont la fatalité consistait à accroître le carnage. Chaque fois qu’ils entraient en contact avec la Vraie Source, ils étaient contaminés par la souillure et se rapprochaient davantage de la folie. Une fois envahie, la victime commençait à pourrir lentement, son corps se délitait, son esprit faillissait et un cauchemar de destruction finissait par le dévorer - et plusieurs autres avec lui. Parfois l'érosion de l’esprit et du corps se faisait rapidement, parfois le processus était affreusement long. Des éléments laissent à penser que de nombreuses victimes savaient de quoi il s’agissait, mais étaient impuissantes à en stopper le processus. Beaucoup se donnèrent la mort avant que la folie ne les frappât, afin d’échapper à leur terrible destin.

Certains essayèrent d'éviter d’entrer en contact avec la souillure sur le saidin. Mais pour ce faire il existait seulement trois possibilités. La première était de ne pas puiser à la Vraie Source. Bien que cela semble être la solution la plus simple, c'était cependant presque impossible. Demander à un homme qui canalise de ne plus chercher le contact de la vraie source était comme lui demander de cesser de respirer. La deuxième solution était d’être complètement coupé de la Vraie Source. Peu d'hommes désiraient avoir recours à une solution si radicale, d'autant plus que les victimes coupées, condamnées à sentir le Pouvoir tout en étant incapable de le toucher, mouraient peu après.

La troisième solution était de trouver refuge au-delà de la portée du Pouvoir Unique, là où on n'était pas conscient de la Vraie Source. Les seuls endroits où le Pouvoir ne pouvait être mis en œuvre et où la Vraie Source ne pouvait être sentie étaient les Steddings Ogiers. Là où vivaient les Ogiers, les Aes Sedai étaient complètement coupés de la Vraie Source, mais sans l’irréversibilité de la neutralisation et sans la présence de la souillure. Dans un Stedding, c’était comme si les Aes Sedai n'avaient jamais eu la capacité de canaliser. Ainsi la folie ne pouvait pas les atteindre tant qu’ils restaient à l’intérieur.

Les Aes Sedai hommes commencèrent à s'isoler dans les steddings quelques années après la découverte de la souillure et de ses effets. D'abord tout en essayant de trouver une solution pour la circonvenir ou la faire disparaître. Puis tout simplement pour essayer de ne pas devenir fou. Leur nombre augmenta lorsque la destruction de masse commença. Les hommes essayaient ainsi d'éviter d’aggraver la situation. Mais même s’ils ne pouvaient sentir la Vraie Source, le sentiment de perte, pour eux qui avaient jadis senti le Pouvoir, grandit avec le temps ; jusqu'à ce que cela les poussent à fuir la sécurité des Steddings. Quelques hommes quittèrent les Steddings en espérant que la souillure avait diminué, ou c'est ce qu'ils dirent. D'autres reconnurent qu'ils ne pouvaient plus supporter leur incapacité non seulement à canaliser, mais aussi à sentir la Source. De là à la fin de la Destruction, tous les Aes Sedai hommes qui avaient cherché un refuge dans les steddings étaient partis et tous succombèrent à la souillure. Quelques savants pensent que ces hommes pourraient avoir prolongé et intensifié la Destruction. D'autres croient qu’en ne participant pas à dévastation initiale, ils peuvent avoir réduit l’importance du désastre en étirant les dégâts sur une période plus étendue.

Beaucoup de Steddings disparurent pendant la Destruction, car bien qu’ils empêchassent l'utilisation ou même la sensation du Pouvoir Unique, ils étaient vulnérables aux bouleversements subis par les régions alentour. Quand les Steddings disparurent, les Ogiers eux-mêmes prirent la fuite. Pendant les années de la Destruction, aucun endroit n’offrait de réelle sécurité et aucune population ne put s’installer. Chacun devint un réfugié, avec pour seul but de survivre encore un jour de plus. Peu importe qu'un endroit parût sûr, rien ne garantissait que la roche solide ne fondît pas sous les pieds de ceux qu'il abritait, par simple caprice d'un Aes Sedai devenu fou.

Les grandes villes étaient en ruine ou avaient été effacées de la carte. Les mers s'étaient déplacées ou évaporées. La population ne représentait qu'un faible nombre de ce qu’elle avait été. Les plus grands travaux de l'Humanité avaient disparu. L'humanité retourna à une existence primitive. Nombreux sont ceux qui moururent faute de pouvoir supporter les privations. Ce fut encore plus dur pour les Ogiers, car ils étaient liés aux Steddings d'une façon encore incompréhensible et ils ignoraient où les Steddings se trouvaient. Alors qu'ils les cherchaient pendant leur Long Exil, le lien se renforça, et la Nostalgie s'accrut en eux. Certains moururent de Nostalgie avant qu'ils n'eussent pu trouver le premier Stedding et beaucoup plus avant qu’ils n'en n'eussent trouvé suffisamment pour abriter les survivants de ce qui avaient autrefois été une race quasiment aussi nombreuse que l'espèce humaine.

Dans le chaos, les Aes Sedai survivants dispersèrent les sept sceaux de cuendillar qui scellaient la prison du Ténébreux, de peur qu'un Aes Sedai fou, ou même qu'un des serviteurs de l'Ombre, ne les trouvassent sans protection. Seuls quelques âmes savaient où ils étaient cachés. Plus tard, durant les Guerres Trolloques, ceux qui détenaient cette information disparurent, et avec eux, l'emplacement des sceaux. Cette page contient une erreur ou un lien manquant, et le souci a été remonté aux administrateurs. Elle sera corrigée par nos équipes au plus vite.


Retour en haut de page