Depuis la Destruction du Monde, trois calendriers ont été successivement adoptés.

Le premier fait débuter le calendrier à la fin de la Destruction du Monde. Appelé Calendrier Toman selon le nom de son créateur Toma dur Ahmid, il utilise la dénomination AD pour Après la Destruction et commence en 1 AD. Cependant, à cause du tumulte et du chaos de cette période, ce calendrier n’a pas été unanimement adopté et mis en usage avant au moins cent ans après la mort du dernier Aes Sedai, fin officielle de la Destruction. La date de commencement du Calendrier Toman donc été décidée de façon arbitraire, en l’absence de données exactes.

A la fin des Guerres Trolloques, tant a été perdu que les dates furent soumises à controverse et que plus personne ne pouvait donner l’année courante avec exactitude. Un nouveau calendrier, proposé par Tiam de Gazar, et connu sous le nom de calendrier Gazaran, vit alors le jour. Il débuta à l’achèvement des Guerres Trolloques pour célébrer la libération du monde de cette menace. Chaque année est appelée Année Libre et le calendrier commence en 1 AL. Il commença à être employé une vingtaine d’années après la fin de la guerre et resta en usage jusqu’à la fin de la Guerre des Cent Ans et même au-delà.

Cependant, après la Guerre des Cent Ans, une grande controverse opposa les historiens pour déterminer quelle année du calendrier Toman correspond à la première année du calendrier Gazaran. Pour finir cette controverse et marquer le début d’un nouveau temps, un troisième et dernier calendrier fut adopté.
Le calendrier Farede fut créé par l’érudit Atha’an Miere Urin Din Jubai Mouette Élancée et fut promulgué par la première Panarch du Tarabon, Farede, d’où son nom. Il débuta à la fin de la Guerre des Cent ans dont la date a été décidée arbitrairement. C’est le calendrier de la Nouvelle Ère, dont les années sont comptées à partir de 1 NE. Il est difficile de dire à quelle année du calendrier Garazan correspond cette première année de la Nouvelle Ere et le raccord avec le calendrier Toman est impossible.
Adopté définitivement en 50 NE, ce calendrier est toujours d’usage et employé tant sur le continent que chez les Aiels et le Peuple de la Mer. Par contre le Shara et les Seanchans semblent se baser sur d’autres calendriers. On ne sait si le Seanchan utilise toujours le calendrier Gazaran ou un autre.
Artur Aile de Faucon tenta d’établir un nouveau calendrier débutant à la fondation de son empire (comptant les années DF, depuis la fondation) mais il ne rentra jamais en usage populaire et seuls les historiens s’y réfèrent encore.

Fonctionnement

L’année repose sur une semaine de dix jours. Il y a 28 jours dans un mois et 13 mois dans une année. Les mois sont Taisham, Jumara, Saban, Aine, Adar, Saven, Amadaine, Tammaz, Maighdal, Choren, Shaldine, Nesan et Danu. Il se pourrait que certains de ces mois soient inspirés des mois du calendrier Hebreu. Les mois sont rarement nommés en dehors des documents officiels. Dans la vie de tous les jours, tous, des nobles aux gens du peuple, comptent selon le nombre de jours avant ou après les jours de fête ou selon les saisons.
De même les jours de la semaine ne sont apparemment pas utilisés.
Il existe quelques particularités à ce calendrier. Par exemple, il existe des jours qui ne font pas partis d'aucun mois, comme le Jour du Soleil, jour du solstice d'été aussi appelé Dimanche (Sunday), qui se déroule en Amadaine sans être un jour de ce mois. Dimanche se situe entre le 13 et 14 Amadaine en général. La Fête des remerciements n’a lieu qu’une fois tous les quatre ans à l’équinoxe de printemps et la Fête du salut de toutes les âmes – ou jour de toutes les âmes - qui n’a lieu qu’une fois tous les dix ans à l’équinoxe d’automne.

Les fêtes sont innombrables. Certaines ne sont célébrées que dans certaines localités ou régions, seulement par certains corps de métiers, etc. Chaque pays célèbre le Jour du roi ou de la reine, voire le jour de la Panarch pour le Tarabon. Ce jour anniversaire est toujours un jour férié. Il existerait près de milles fêtes. Lorsque deux fêtes se chevauchent – ce qui est courent vu leur nombre - les festivités sont encore plus importantes. L’Altara et l’Illian sont particulièrement connus pour le nombre incroyable de fêtes qui y sont célébrées. L’Arad Doman et l'Illian sont connus pour faire les plus grandes célébrations, la région d’Ebou Dar et l'Illian encore pour les plus libertines et le Cairhien pour les plus réservées (à l’exception notable de la fête des Lumières).

Fêtes et Cérémonies

Fête des Lumières

Haute Chasaline

Jour de Repentance

Chansein

Fête d’Abram

Lamma Sor

Jour des Fous, Festival de la Déraison

Bel Tine et la Nuit de l’Hiver

Tirish Adar

Fête de Neman

Fête de Freia

Dahan

Asadine

Fête de Maia

Bailene

Genshai

Jour de Mabriam

Tandar

Le festival des lanternes

Bel Arvina

Amaetheon

Shaoman

Danshu

Fête de Sefan ou Teven

Nuit de Swovan

Festival des Oiseaux

Fête des braises

Jour de Maddin

Fête de la demi-lune

Jour du Soleil

Fête des Remerciements

Fête du salut de toutes les âmes

Cette page contient une erreur ou un lien manquant, et le souci a été remonté aux administrateurs. Elle sera corrigée par nos équipes au plus vite.

Retour en haut de page